logo-monsieur-moto-noir-svg

Mon premier road trip moto à Madagascar

par

Suite à la demande de Monsieur Moto, nous nous sommes mis d’accord pour partager avec vous notre premier road trip moto à Madagascar.

Associer la découverte de notre pays à notre passion pour la moto, nous en rêvions depuis longtemps sans jamais vraiment oser le réaliser. Mais après une longue discussion et une préparation de plusieurs mois, nous nous sommes finalement lancés dans l’aventure d’un road trip moto au départ d’Antanarivo, en faisant une boucle du côté Est de Madagascar. Nous étions 3 amis motards à partir pour cette aventure découverte, et c’est avec beaucoup de plaisir que nous partageons avec vous notre premier road trip moto à Madagascar.

 

Généralité sur notre premier road trip moto à Madagascar

 

  • Niveau: moyen ;
  • Distance totale parcourue : environ 1 000 km ;
  • Durée: 7 jours.
  • Les villes visitées: Antananarivo, Ambatolampy, Antsirabe, Ambositra, Ranomafana, Mananjary, Nosy Varika, Mahanoro, Vatomandry, Moramanga ;
  • Participants: 3.

 

Des motos petites cylindrées, mais des motards hyper motivés

Nos motos durant ce premier road trip moto à Madagascar

Lorsque vous regardez nos motos sur les photos, vous n’avez aucune idée de leur marque et encore moins de leur modèle, n’est-ce pas ? Ne cherchez pas, ces modèles-là ne sont pas présents sur le marché européen, sauf peut être la Suzuki GN 125.

Voici les motos que nous avons conduites durant ce road trip :

  • Bajaj CT100 B: une moto d’origine indienne dotée d’un moteur de 100 cm3 et avec plus de 40.000 km au compteur.
  • Mak 36: c’est un modèle chinois vendu exclusivement à Madagascar. Avec son petit moteur de 110 cm3, il n’affiche actuellement pas moins de 72.000 km. A noter que la capacité du réservoir de cette moto n’est que de 2,75 litres.
  • Suzuki GN 125 : son compteur ne marche plus, mais vu son âge, elle devrait être à plus de 60.000 km.

On le sait, nos motos sont petites, un peu vieillottes, et pas très fiables, mais elles roulent parfaitement. De plus, chacun de nous connait sa moto comme sa poche. Nous savons où chercher dès qu’il y a le moindre pépin sur nos machines.

Dans tous les cas, il faut apporter quelques pièces de rechange (bougie d’allumage, ampoule, bobine, câble d’embrayage, etc.), ainsi que des outils (clés mixtes, pinces, etc.) pour ce road trip. N’oubliez pas d’apporter de quoi réparer vos pneus en cas de crevaison (bombe anti-crevaison, chambre à air de rechange, si besoin, etc.). Bien que nous n’ayons pas l’expérience d’un road trip à Madagascar, nous savons qu’on aura beaucoup de mal à trouver un réparateur en cas de panne.

 

La première journée était la plus dure

Un virage sensationnel à Madagascar

Nous avons pris donc le départ à Antananarivo vers 5 heures 30 du matin, en ayant comme objectif Ranomafana qui est à 400 km du capital. Nous n’étions que 2, car la 3e personne était censée nous attendre à Ambatolampy, à 60 km. Le trajet entre Antanarivo et Ambatolampy est particulièrement riche en virages comme nous les aimons. C’est toujours un plaisir de faire pencher sa petite moto dans les virages pour un maximum d’adrénaline.

Nous sommes arrivés à Ambatolampy vers 7 heures du matin, notre copain nous a rejoints et nous avons pris le petit déjeuner ensemble. Après quelques mofo gasy (une sorte de beignet de riz) et une bonne dose de café, nous avons repris la route avec comme prochaine destination Antsirabe, la ville d’eau.

Entre Ambatolampy et Antsirabe, la route a plus de lignes droites. On a donc essayé de pousser un peu les moteurs jusqu’au rupteur. Ne vous inquiétez pas, nos motos dépassent rarement les 100 km/h au compteur. En tous cas, nous arrivons tous de même à dépasser quelques motards et quelques voitures.

 

Antsirabe, la ville des grandes fêtes

Antsirabe à moto

Arrivé à Antsirabe, passage obligé sur la place de la gare pour quelques poses photos afin de marquer notre passage. Pour ce qui est de la visite de la ville tout entière, il vous faut quelques jours, ce qu’on n’avait pas. En effet, nous n’avons fait que passer. Antsirabe est la ville des grandes fêtes et des grands évènements à Madagascar (THB Tour, JMJ Mada etc.).

Voici quelques activités que vous pourrez faire à Antsirabe :

  • Baignade dans la piscine thermale: centre thermal d’Antsirabe et Betafo ;
  • Visite du lac Tritriva, du lac Andraikiba et du lac Tatamarina;
  • Faire de l’équitation;
  • Visite de l’usine Star Madagascar : il s’agit de la plus grande brasserie de notre pays ;
  • Baignade dans les chutes d’Andriamamovoka et celles d’Ambodirena;
  • Visite de la Pépinière d’Ambatolahy: une grande variété de plantes y est présente, et le lieu est parfait pour se détendre ;
  • Etc.

Après notre passage à Antsirabe, nous voilà repartis pour Ranomafana Ifanadiana.

Pont entre Antsirabe et Ranomafana

Première nuit à Ranomafana Ifanadiana, le premier endroit où on ressent le tourisme

 

Pour rejoindre Ranomafana, il faut toujours longer la RN 7. Nous avons choisi Ambositra, une ville très animée qui se situe à 93 km d’Antsirabe, pour prendre le déjeuner. À partir de là, les verdures commencent à gagner de la place et le paysage change petit à petit. En passant, n’oubliez pas de faire une halte lorsque vous passez au point de vue Camp Mandalahy, à quelques kilomètres d’Ambohimahasoa, la vue y est époustouflante.

 

Nos motos à Camp Mandalahy
Point de vue Camp Mandalahy

Pour rejoindre Ranomafana, il faut se tourner à environ 7 km d’Ambohimahasoa et prendre la RN 25. C’est une route particulière qui est riche en descentes et en virages sensationnels jusqu’à Ranomafana. En très bon état, la RN 25 est idéale pour poser les genoux. Toutefois, soyez vigilant, car de nombreux camions empruntent cette route.

Vous savez que vous n’êtes plus très loin de Ranomafana quand vous ne verrez plus que des arbres sur les deux côtés de la route. Avec son climat tropical, la route qui relie la RN 7 à Ranomafana est le premier lieu où on ressent le tourisme. D’ailleurs, n’oubliez pas de prendre vos vêtements de pluie, car cette région est très pluvieuse.

une chute à l'entrée de Ranomafana

Arrivés à Ranomafana (une commune urbaine de la région de Vatovavy) vers 17 heures, nous avons donc atteint notre premier objectif dans ce premier road trip moto à Madagascar. L’endroit est célèbre pour sa piscine thermale, d’où le nom de la ville Ranomafana (eau chaude). Le parc national de Ranomafana est également très prisé par les touristes.

 

La piscine thermale Ranomafana

La piscine thermale de Ranomafana

Après une longue journée et plus de 400km de trajet, rien de mieux qu’une bonne baignade dans la piscine thermale pour se détendre. Vous pouvez y accéder dès 6 heures du matin jusqu’à 20 heures. Le droit de baignade est de 1 000 ariary pour les Malgaches et 5 000 ariary (environ 1,25 euro) pour les étrangers. Le port de maillot et de bonnet de bains est obligatoire dans cet endroit. La piscine Ranomafana est ouverte tous les jours, sauf le mardi pour cause de nettoyage.

 

Le parc national Ranomafana

Près du parc national de Ranomafana

Quant au parc national de Ranomafana, il compte plusieurs circuits. Nous ne sommes pas en mesure de tous vous les citer. À souligner que la durée de la visite dépend du circuit choisi. D’après les informations qu’on a eues, il faut au moins 3 jours pour les visiter tous. Vous pouvez y dormir sous une tente et profiter de quelques nuits à la belle étoile.

 

Pour ce qui est de l’hébergement, Ranomafana affiche un large choix d’hôtels. Le prix va de 40 000 ariary (environ 10 euros), et peut parfois grimper au-delà de 200 000 ariary (environ 50 euros) la nuitée, selon le standing de l’hôtel. En ce qui nous concerne, nous avons passé la nuit Chez Gaspard, un endroit plutôt sympa et calme. Si possible, réservez votre hôtel, car Ranomafana est une destination assez prisée, surtout les weekends.

 

Mananjary, une ville côtière de Madagascar

Pont avant Mananjary

Après Ranomafana, notre prochaine destination était Mananjary, une ville côtière située dans la partie centre de la région de Vatovavy. Pour y aller, il vous suffit de suivre la RN 25 (Route nationale 25). La distance entre Ranomafana et Manjary est d’environ 130 km, qui vous prendra entre 2 h 30 et 3 h 30 selon la vitesse à laquelle vous roulez.

La route était en mauvais état lors de notre passage. Certaines sorties de virages mènent directement vers des nids de poule, donc évitez de rouler trop vite et gardez bien les yeux ouverts. Prenez de petites pauses si besoin, pour ne pas trop vous fatiguer. Autrement, vous risquez d’endommager vos jantes, vos fourches, ou pire, tombez. Certaines portions de routes sont toutefois en excellent état, avec des lignes droites pour pousser à fond la moto. De plus, il est rare de croiser d’autres véhicules sur cette RN 25. Vous pouvez profiter pleinement de votre moto ainsi que d’un magnifique paysage.

Une fois à Mananjary, un petit tour de la ville s’impose. Nous avons remarqué que presque aucun motard ne porte de casque dans cette ville. Pourtant, ils conduisent majoritairement des motos de type enduro, et empruntent beaucoup de pistes. Bref, nous en avons également profité pour rouler librement.

 

La descente du Pangalane pour rejoindre Nosy Varika et Mahanoro : Un trajet riche en aventure

La descente de Pangalane en boutre

Pour rejoindre Nosy Varika depuis Mananjary, nous avons eu 3 options :

  • Soit revenir sur la RN 25 pour quelques kilomètres, puis prendre la RN 11;
  • Soit suivre une piste qui se situe entre le canal de Pangalane et l’océan indien (c’est juste une piste en pleine nature et non une route nationale) ;
  • Soit voyager en boutre motorisé le long du canal de Pangalane.

D’après les renseignements que nous avons recueillis, pour prendre la RN 11, il faut rebrousser chemin de quelques kilomètres (entre 10 et 15 km). Toutefois, les conducteurs de 4×4 nous indiquent que cette route est en très mauvais état. De plus, il y a plusieurs rivières à franchir avec des bacs, et nos motos ne sont pas vraiment taillées pour ce type de piste, ce qui est un blocage pour nous. En effet, cette route n’est praticable qu’avec des motos de type tout terrain.

Quant à la piste qui se situe entre le canal de Pangalane et l’océan Indien, on nous informe qu’il va falloir rouler sur du sable, et traverser 2 ou 3 embouchures en pirogue. Vu l’âge et l’état de nos machines, on risque probablement de casser nos disques d’embrayage si on emprunte ce type de piste. Bref, pour rejoindre Nosy Varika depuis Mananjary, nous avons opté pour le boutre.

 

Le trajet vers Nosy Varika

Une boutre à Mananjary

Pour ce voyage en boutre de type ligne (comme on le dit ici), les motos sont directement attachées sur la partie du bateau. Si vous comptez prendre ce type de transport, prévoyez environ 100.000 ariary (25 euros). Ce prix indicatif comprend : votre frais de transport et celle de la moto, ainsi que les petits casse-croûtes sur la route.

En boutre, il faut compter entre 8 et 9 heures pour faire les 84 km qui relient Mananjary à Nosy Varika. Les boutres ont un moteur diesel, le même que celui qui équipe les motoculteurs. Ils n’ont pas vraiment de silencieux, le bruit était infernal. Plus bizarre encore, on s’habitue au bruit du moteur après un certain temps. C’est probablement grâce au paysage époustouflant qui longe le canal de Pangalan. À force d’apprécier la nature somptueuse qui nous entourait, nous avons fini par oublier le bruit infernal de notre boutre.

Exemple de produit proposé par les riverains

Et puisque vous allez passer plus de 8 heures sur une barque, autant en profiter pour discuter avec les riverains et apprendre leur culture. Profitez également de votre passage pour gouter les spécialités gastronomiques locales que proposent les riverains. En achetant ces nourritures, non seulement vous goutez des aliments frais (poissons, coco, patates, etc.), mais vous leur donnez également des moyens de subsister. À noter que la plupart des habitants qui longent le canal du Pangalane vivent sous le seuil de la pauvreté. Malgré cela, ils sont toujours chaleureux et souriants envers vous, même si vous n’achetez rien.

 

De Nosy Varika à Mahanoro

Un magnifique couché de soleil sur Pangalane

Une fois à Nosy Varika, vous pouvez rester pour y passer la nuit ou prendre directement un autre boutre comme nous l’avons fait. Toutefois, cela ne s’avère pas être une bonne idée. En effet, nous avons pensé qu’en prenant ce boutre de type transport (il transporte exclusivement des marchandises), nous arriverons à Mahanoro à l’aube, ce qui n’était pas le cas. En fait, la confusion est due à un malentendu, car le boutre ne voyage qu’une partie de la nuit, puis reprend la route très tôt le lendemain. Cela nous fait gagner quand même du temps comme nous l’espérions.

En revanche, nous avons passé la nuit sur le toit du boutre, et avons donc dormi à la belle étoile. Sauf qu’à partir de minuit, la belle étoile a laissé place à la pluie, ce qui n’était pas prévu du tout. Bref, nous vous conseillons de rester à Nosy Varika et de reprendre la route le lendemain. Vous y trouverez des hôtels à prix accessibles pour y passer la nuit.

En route vers Salehy

Pour ce qui est du voyage, le paysage a de nombreux points de similarité de celui entre Mananjary et Nosy Varika. En revanche, l’eau a changé de couleur et s’est viré vers le jaune annonçant l’approche du fleuve Mangoro. Bien que nous étions encore à environ 15 km de Mahanoro, nous avons tout de même décidé de descendre du boutre après la traversée de ce fleuve, sur un petit village appelé « Salehy ».

 

La route qui relie Salehy et Mahanoro

route sableuse madagascar

La route ou plutôt la piste qui relie Salehy et Mahanoro est particulièrement intéressante. En fait, elle est très sableuse, mais ce sont des sables qui ne sont pas profonds. Si vous n’avez jamais roulé sur une route sableuse comme nous, c’est le moment de tenter l’expérience. Verdict ! Nous l’avons beaucoup apprécié, mais cette expérience risque d’être très fatigant si le trajet est plus long.

À l’approche de la ville de Mahanoro, on ressent une forte odeur de girofle. Pour l’histoire, Mahanoro occupe une place très importante dans la production de clous de girofle à Madagascar.

À Mahanoro, vous pouvez également profiter d’un bon moment de détente sur la plage. Mais une fois encore, nous n’y avons fait que passer, car notre prochain objectif se situe à 85 km de là, la ville côtière de Vatomandry.

 

Vatomandry : Une ville côtière très animée

 

Dans la ville de Vatomandry

À l’image de l’océan qui se situe juste à côté, la route (RN 11a) qui relie Mahanoro et Vatomandry est très plate et droite. C’est presque endormant de rouler sur un tel trajet après la piste de sable que nous avons emprunté précédemment.

Une fois à Vatomandry, nous avons fait un petit tour de la ville et pris quelques photos. Le lendemain, nous avons profité un peu de la plage et de l’embouchure. Attention, la baignade dans la mer n’est pas conseillée en raison d’une vague assez forte.

La plage de vatoamandry

Nous avons également pris le temps de discuter avec quelques pécheurs. Ainsi, nous nous sommes renseigné un peu plus sur leur quotidien. La population y est toujours très accueillante et souriante, comme dans tous les endroits où nous avons passé durant ce premier road trip moto à Madagascar.

Puis, si vous comptez explorer cette ville un jour, pensez à réserver le lieu d’hébergement. En effet, les hôtels décents sont souvent remplis. Autrement, vous risquez de passer vos nuits dans des hôtels qui ne sont pas très propres et dépourvus d’eau chaude.

Pour ce qui est du repas, de nombreux restaurants proposent des plats variés à Vatomandry. De plus, le prix reste très accessible, et la qualité est au rendez-vous. Demandez les avis des serveurs avant de commander, ils ont toujours de très bons conseils à donner.

 

Moramanga : L’avant-dernière ville de notre road trip moto à Madagascar

 

159 km de route bitumée relie Vatomandry et Moramanga. Il vous suffit de suivre la RN 11a, puis la RN 2 pour rejoindre la ville de Moramanga. En fait, il y a tout pour profiter de votre moto : des montées, des descentes, des virages et des lignes droites.

 

Antsapanana : Le croisement incontournable du voandalana

Antsapanana et ses voandalana

Antsapanana signifie littéralement « le croisement » en français. C’est à cet endroit où la RN 11a rejoint la RN 2. En fait, ce lieu est célèbre pour ses voandalana (traduit « fruits de la route » en français), incontournables lorsque vous partez en vacance dans le côté Est de Madagascar. C’est l’équivalent de l’article souvenir que vous ramenez de votre voyage dans un autre pays. Par contre, à Madagascar, on ramène des fruits, de bouteilles de piments, des sacs, des objets de décorations, des tabourets, etc.

Andasibe : Une ville célèbre pour ses parcs nationaux

 

Après Antsapanana, direction Andasibe. C’est un lieu de détente et de randonnée très prisé le weekend. Andasibe est appréciée par les habitants de la haute terre, notamment pour ses pacs nationaux. Pour profiter d’une biodiversité sans égale, vous pourrez y rester quelques jours. Quant à nous, nous y avons pris le déjeuner, ensuite nous sommes repartis pour Moramanga.

 

Moramanga : La ville qui nous rappelle la colonisation

Cimetière 1947 Moramanga

La ville de Moramanga est le symbole de la lutte anticoloniale pour l’indépendance de Madagascar. Les héros du 1947 y sont enterrés, c’est un cimetière à visiter absolument. Mis à part cela, la vie en général à Moramanga annonce déjà notre retour à Antananarivo.

 

Retour à Antananarivo pour la fin de notre périple

 

Pour rejoindre la capitale, il suffit de longer la RN 2. Cette route se distingue par ses nombreux virages et ses montées interminables. La pente est très importante et la route est si dangereuse qu’on dépasse rarement les 60 km/h. De plus, beaucoup de camions l’empruntent et les dépassements sont souvent difficiles. Malgré cela, l’ambiance est toujours au rendez-vous et nous passons tout de même du bon moment avec nos motos.

 

Pour couronner le tout, nous avons tellement apprécié ce premier road trip moto à Madagascar qu’on pense déjà au prochain. Le voyage a été riche en découvertes et de belles choses. Concernant nos motos, nous n’avons connu aucune panne. Bref, c’est un rêve que nous avons réalisé. Enfin, nous avons très hâte de partir à nouveau avec nos motos, et découvrir d’autres endroits dans ce pays merveilleux, Madagascar.

Sélection d'idées cadeau pour les motard(e)s :

Commentez, argumentez, partagez … 😇

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ces articles pourraient aussi vous intérésser …

Comment charger sa moto pour voyager ?
Comment charger sa moto pour voyager ?

Un bon voyage ou un bon road trip à moto découle d’une bonne préparation. En effet, vous devez prévoir un certain nombre de bagages afin de bien vous nourrir en route. De plus, vous pourriez avoir besoin de vêtements de rechange, de clés, etc. Il y a également des...

Top 3 des meilleures balades moto en Haute-Normandie
Top 3 des meilleures balades moto en Haute-Normandie

Voudrez-vous faire un road trip inoubliable en Haute-Normandie ? Cette région est surtout réputée pour son littoral préservé et sauvage, ce qui attire les motards. En fait, diverses balades vous permettront de vous évader aux guidons de votre deux-roues.   En...

Top 3 des meilleures balades moto en Franche-Comté
Top 3 des meilleures balades moto en Franche-Comté

Souhaitez-vous vous balader en moto en Franche-Comté ? En fait, il s’agit d’une région à la fois historique et culturelle dans l’est de la France. Les motards apprécient de nombreux aspects des balades dans cette région. Routes, villes et villages, paysages, virages,...

Top 3 des meilleures balades moto en Corse
Top 3 des meilleures balades moto en Corse

Rêvez-vous de faire une balade moto en Corse ? En fait, les motards trouvent qu’il s’agit d’un lieu paradisiaque. Également appelée « L’île de Beauté », la Corse vous permettra de vous évader à moto entre terre et mer. De plus, ses routes, ses courbes et ses vues vous...

Top 3 des meilleures balades moto en Champagne-Ardenne
Top 3 des meilleures balades moto en Champagne-Ardenne

Aimeriez-vous faire un petit road trip à moto en Champagne-Ardenne ? En fait, cette région du nord-est de la France est un théâtre de nombreuses virées à moto. Les motards sont surtout attirés par ses routes variées et en bon état. De plus, les nombreux sites...

Top 3 des meilleures balades moto en Bretagne
Top 3 des meilleures balades moto en Bretagne

Envisagez-vous de vous balader à moto en Bretagne ? En fait, il s’agit de la région la plus touristique et la plus connue en France. De plus, les motards trouvent leur bonheur à travers les côtes et les routes qui serpentent la Bretagne.   En revanche, le vrai...