Préparer soigneusement la moto pour les vacances d’hiver est l’une des tâches les plus importantes de tout motocycliste. Mais que faire si, au milieu de l’hiver, des journées douces et douces vous attirent vers une excursion ? Grâce à une technologie robuste et nécessitant peu d’entretien, les motos peuvent survivre à l’hiver sans aucun problème, même sans démontage partiel et sans brouillard d’huile. Cette circonstance pratique simplifie la mise hors service ainsi que la réanimation de la dormeuse d’hiver. Rien ne s’oppose à un voyage hivernal spontané (sauf une plaque d’immatriculation saisonnière). Malgré la technologie moderne, quelques poignées sont néanmoins indispensables pour l’arrêt hivernal.

1. protection antigel

L’eau gelée menace de faire exploser les radiateurs et les veines d’eau dans le moteur. L’ajout d’antigel protège non seulement contre la corrosion, mais empêche également la formation de cristaux de glace dans le circuit de refroidissement. La protection contre le gel doit être garantie jusqu’à 25 degrés sous zéro. Les mesures sont prises à l’aide d’une broche de mesure, que l’amical préposé au réservoir se fera un plaisir d’emprunter.

2. batterie

Les batteries des motos ont du ressentiment. Le gel est aussi désagréable pour l’accumulateur que la basse tension. Il est préférable de retirer la batterie pendant sa durée de vie et de la conserver au frais mais à l’abri du gel dans la cave. En retirant la batterie du véhicule, coupez le contact, sinon vous risquez d’endommager les unités de commande.

La borne est ensuite retirée du pôle négatif, ce qui évite les courts-circuits dus à un contact involontaire entre l’outil et les pièces du véhicule. L’alimentation permanente de la charge de ruissellement compense l’autodécharge et donc les dommages irréparables causés par une décharge profonde. Les contes de fées comme le jogging sur batterie et les cycles de charge miraculeux appartiennent au passé.

La batterie ressemble à un caniche si elle est toujours complètement chargée. Cependant, la courbe de charge de l’appareil de conservation doit correspondre au type de batterie respectif. Contrairement aux types de batteries sans entretien, le niveau de liquide des batteries conventionnelles doit être équilibré de temps en temps avec de l’eau distillée.

3. les pneumatiques

Les caoutchoucs n’aiment pas le gel. Le minimum est donc une planche de bois entre le sol et les pneus et une augmentation de la pression des pneus de 0,5 bar. Ce dernier permet d’éviter d’endommager le sol. Parce que les supports de montage ne sont pas seulement pratiques en hiver, nous recommandons l’achat d’élévateurs avant et arrière. Sur les motos avec béquille principale, vous pouvez sauver le relevage arrière, l’alternative au relevage avant est des blocs en bois sous le bloc moteur.

4. stockage

La propreté est importante pendant la saison froide. Les nids de saleté attirent l’humidité, le meilleur ami de la corrosion. Pour une hibernation bénie, la moto doit être soigneusement nettoyée, conservée et garée dans un endroit sec. Le dernier trajet conduit donc toujours à la pompe à essence et à la zone de lavage, surtout après les sprints intermédiaires sur routes salées.

A la station-service, le réservoir doit toujours être rempli à ras bord – l’eau de condensation aime les trous dans les barils de carburant non revêtus. Une protection supplémentaire contre la corrosion est assurée par des additifs de carburant liant l’eau, qui assurent également l’entretien du système de carburant. Sur les machines plus anciennes, les chambres du flotteur du carburateur doivent toujours être vidées pendant les pauses, car l’ancienne essence perd ses composants inflammables et le carburateur risque de se boucher.

Enfin, la chaîne d’entraînement doit recevoir une couche de graisse protectrice. Si la bonne pièce est pleine, propre et lubrifiée, elle peut commencer son hibernation. Un drap de lit protège contre la poussière et empêche la formation d’eau de condensation.

5. après le service le programme libre

Vidange d’huile moteur et remplacement du filtre : A proprement parler, les composants agressifs de l’huile moteur doivent être enlevés en vidangeant l’huile avant les vacances d’hiver.

Il est préférable de le faire directement après la visite de la station-service. D’une part parce que le moteur est alors à température de fonctionnement, d’autre part parce que le moteur n’est plus mis en service après le dernier trajet. Si la pause hivernale est fréquemment interrompue pour des sorties spontanées, les intervalles d’inspection prescrits sont suffisants pour la vidange d’huile.

Protection contre la corrosion : Un cycle de polissage et un scellage à la cire assurent une protection optimale des surfaces peintes contre la corrosion. Les surfaces telles que l’acier inoxydable, le chrome et l’aluminium nécessitent également un entretien supplémentaire. Un tour avec le vaporisateur d’huile (par ex. WD40) ne peut pas faire de mal. Les huiles universelles préservent les connecteurs du faisceau de câbles, les serrures d’allumage, toutes les pièces mobiles ainsi que les zones sensibles à la corrosion sur le châssis.